Dom (K) interpelle à la Mairie du Prem1er !

Dom(k) artiste « dé-colagiste » de l’underground parisien présente sa nouvelle exposition :

Hey You !

Pas moins d’une quinzaine d’oeuvres seront présentées comme autant de manifestes d’un artiste pour lequel les toiles sont matière à communication et interpellation d’une société en pleine mutation.

Dominique Kerkhove alias Dom(K), originaire de Dunkerque, vit et travaille à Paris. Il expose depuis plusieurs années dans différents lieux, de la rue aux galeries. Ses collages sont influencés par de nombreux mouvements artistiques (Nouveaux Réalistes, Dada ou Art Brut) et particulièrement les techniques utilisées par certains artistes : exploitation des dessous d’affiches (Dufresnes), all over (pollock), décollage (Vostell).

Ce métissage technique fait d’influences et de techniques, lui sert à l'exploration d'un art critique. Dans ses collages  il y a toujours une recherche d’esthétisme visuel et de valeur plastique dans ses juxtapositions ou combinaisons. En quête permanente de nouvelles sources d’inspirations, il voyage autour du globe pour trouver de nouvelles couleurs et de nouvelles textures afin d’élaborer ses superpositions. Il définit des aplats de pigments en détruisant et en abimant les affiches qu’il a récupérées durant ses expéditions. Car l’unique matériau de son travail gît sur les murs des villes.

Dom(K) se définit donc comme un « écolo-réaliste » : il se sert de ce qui existe déjà pour le transformer. Il cherche à créer des collages à la fois décoratifs, interrogatifs sur nos certitudes, évidences face au chaos et bouleversement de notre société.

Les collages présentés sont un questionnement sur le monde qui nous entoure.

Un questionnement où Il invite le spectateur à réagir sur ses propres certitudes et évidences face à la place de la femme dans notre société; d’une société qui semble se renfermer sur elle même…  Un jeu subtil entre mémoire volontaire et involontaire. Proche de l’art brut, il définit son positionnement résolument abstrait pour une thématique pourtant figurative de notre société. »